P1010437

 

La semaine dernière, j’ai pris l’avion pour Milan. Avant d’embarquer, j’ai regardé autour de moi et là, j’ai remarqué qu’il y avait deux catégories de gens : ceux qui sont ultra looké pour voyager, et les autres. Malheureusement, je faisais partie des autres…

Pour moi, un voyage en avion NECESSITE une tenue confortable. Déjà, il faut aller jusqu’à l’aéroport. Donc, angoisse des bouchons (oui, même à 5h30 du matin, il peut y avoir des bouchons…). Ensuite, il faut trouver le bon terminal alors qu’il y a plein de voitures qui collent derrière, arriver au bon parking, trouver le bon guichet pour l’embarquement…

Ensuite, il y a la séquence émotion à l’enregistrement des bagages. Oui, ma valise fait 15 kilos. Oui, il n’y a que mes affaires dedans (oui, mais vide, elle fait déjà 7 kilos monsieur). Ma carte d’identité ? Mais bien sûr. Elle est dans la petite poche de mon sac. Hin hin hin… Où elle est cette carte ???? Quelle idée de changer de sac la veille du départ ! Nan mais j’vous jure ! Ha. Elle est là. Dans l’autre petite poche. Ouf. Merci, bon voyage à vous aussi monsieur. Non ? Ha bah oui, chuis bête…

L’autre grand moment, c’est le détecteur de métal. On a beau mettre ses petites affaires dans son petit bac bleu, sa ceinture et ses clés à part, on a toujours peur de sonner. Ou de se faire choper parce qu’on a gardé sa crème pour les mains.

S’en suivent : la chaleur dans la salle d’attente, la climatisation glacée dans l’avion, les sièges assez inconfortables, le voisin de devant qui rabat son siège (le salaud !) et le « on-ne-sait-pas-trop-quel-temps-il-va-faire-là-bas ».

Donc forcément, devant ce constat, vous comprendrez bien pourquoi je voyage avec des habits « confortables et pratiques » qui ne riment pas du tout avec élégance et sensualité. En plus, pour gagner du poids dans la valise, j’avais mis mes grosses chaussures de marche. Je vous laisse imaginer la dégaine. C’était pas un jour à croiser Georges Clooney.

Mais je ne me sentais pas particulièrement décalée jusqu’au moment où un troupeau de filles arrive en salle d’embarquement. Elles étaient toutes jolies, bien maquillées, bien coiffées, bien habillées. Et avec des talons ! Elles n’avaient pas eu à trainer pas une valise de 15 kilos elles !  (mais 7 à vide…hein, n’oubliez pas ce détail) Les garces. Elles, elles étaient prêtes pour croiser Georges Clooney. Mais bon, comme Georges ne voyage pas avec Easyjet...

Et vas-y que j’ai un tout petit sac à main, et vas-y que j’ai pas enregistré de bagages, et vas-y que je fais genre « un aller retour à Milan dans la journée, juste pour le shopping », et vas-y que je rigole en balançant mes cheveux partout… (garces, garces, garces) Et à côté, moi, avec mon sac à dos, mes chaussures de marche, mes cheveux je ne sais même pas comment… hum…

Dans l’avion, Carlo, Matteo et Ricardo nous ont accueilli, sans distinction et sans préférence. Les consignes de sécurité ne m’ont jamais paru aussi agréable que dites en italien par Carl, Matteo ou Ricardo. Le voyage avait déjà commencé… et avec mes chaussures de marche et mes habits confortables, j’étais prête à attaquer les derniers kilomètres pour rejoindre le Lac de Côme (où Georges Clooney a une maison…) Mais ça, je vous le raconterai une prochaine fois… En attendant, dites moi à quel clan vous appartenez quand vous voyagez !