DSCF2567

Il y a quelques semaines, j'ai été séduite. Par une pub. Pour du dentifrice... (elle était vachement bien faite!). Cette publicité vantait les mérites d'un dentifrice révolutionnaire: sa texture gel se transformait en mousse et cette prise de volume permettait aux actifs d'être en contact avec 25% en plus de la surface des dents. Du coup, meilleur nettoyage, meilleure protection, meilleur tout ce que vous voulez. Wahou, me dis-je, il me le faut. Quitte à faire un achat impulsif, mieux vaut que ce soit sur un tube de dentifrice plutôt que sur un sac Chanel.

Quelques jours plus tard, je me rend dans mon supermarché, ayant en tête de me procurer la mousse révolutionnaire. Au rayon des dentifrices, ça se complique pour moi car je ne me souviens ni du nom de la marque, ni du nom du dentifrice. J'espère alors que ceux qui ont conçu le packaging ont pensé aux gens comme moi... Après avoir étudié une à une les différentes pâtes dentaires, entre les "plus blanc que blanc" et les "plus mentolé que moi tu meurs", j'en trouve une qui m'a tout l'air d'être celle qui va finir dans ma salle de bain. Le conditionnement est en alu brossé et un dessin montre un gel qui devient mousse. Je le prend en main et lis les informations complémentaires. La mousse est "iso-active", c'est marqué 2 fois, en gros. Heureusement, pour tout ceux qui n'ont pas fait une école de chimie appliquée aux pâtes dentaires, un texte complémentaire indique "propreté supérieure de la bouche. Elimine 25% de bactéries en plus". Maintenant, je suis sûre que c'est bien lui que j'ai vu à la télévision, et j'ai encore plus envie de l'acheter. Le préfère prendre le goût menthe-citron plutôt que le menthe polaire, et je me dirige vers la caisse, toute pressée de rentrer chez moi essayer ce formidable dentifrice.

Le moment tant attendu arrive. Je suis dans ma salle de bain, la brosse à dent dans une main, le fameux dentifrice dans l'autre. J'appuie sur le bouchon du récipient sous pression. Rien. Faut secouer? bon, je réessaie. Rien. J'appuie un peu plus fort, et forcément, ce qui devait arriver arriva, un grand jet de dentifrice tombre sur ma main, dans le lavabo, et bizarrement, en quantité réduite sur ma brosse à dent. Bon, je nettoie, et je me brosse. Et là, au lieu d'une très agréable sensation de mousse qui me chatouille la gencive, j'ai l'impression de me brosser les dents avec de la mousse à raser. Mais où est le goût menthe citron? La mousse qui devait couvrir 25% de surface dentaire en plus fait des paquets d'un côté, se liquéfie de l'autre. Un bonheur... Et je vous passe la déception.
Le lendemain, pleine de bonne volonté, je me dis que ce dentifrice a bien le droit à une seconde chance. J'appuie donc doucement, doucement sur le capuchon. Rien, rien, splash. Berk. Bon, ça ne recommence pas bien. Au brossage, j'ai à nouveau l'impression de m'être trompé de flacon et d'avoir pris la mousse à raser de B. Au goût, toujours pas de menthe ni le moindre citron en vue. Grrr

Après hésitation, j'ai choisit de remiser ce dentifrice tout neuf car se brosser les dents devenait une corvée. Adieu donc promesses de nettoyage plus performant, rafraichissement intense, protection innouie. Mon dentifrice officiel ne m'en a pas voulu de mon infidélité,et sans mousse iso active, sans gel liquido mousseux, sans citron mais avec menthe, il m'a redonné le sourire, plus blanc que blanc bien sûr.